Actualités

Téléprotection Grave Danger, un outil pour les femmes victimes de violences

 
Téléprotection Grave Danger, un outil pour les femmes victimes de violences

Le préfet de la Savoie a signé avec le Tribunal de Grande Instance une convention pour la mise à disposition de téléphones pour les femmes victimes de violences.

En 2013, près de 300 femmes en Savoie ont été victimes de violences. Dans 80% des cas, elle connaît leur agresseur. C'est dans ce cadre que la Savoie a signé jeudi 4 juin la convention pour le lancement du dispositif Téléprotection Grave Danger. L'objectif : mettre à disposition des femmes un téléphone portable qui leur permet d'être assistées en cas de faits, et d'être accueillies dans des structures hébergées.

C'est la première signature de cette convention en Rhône-Alpes, convention issue du plan interministériel de lutte contre les violences faites aux femmes. "Il s'agit d'un outil concret" affirme Eric Jalon, le préfet de la Savoie. "Il mobilise le Tribunal de Grande Instance qui mettra à disposition trois téléphones pour une durée de six mois, en lien avec les sociétés Orange et Mondial Assistance. Les détentrices du téléphone n'auront cas à appuyer sur un bouton du téléphone pour avoir les forces de l'ordre au bout du fil et qu'elles interviennent". Un outil réactif, qui doit amener une dynamique pour la protection des femmes, "car au final, ce n'est pas à la femme victimisée de quitter le logement. Mais à l'agresseur" a rappelé le préfet de la Savoie.